Home / Radio / Actualités / Deux bébés #siamois venus de #Guinée séparés avec succès à l’hôpital Necker de Paris

Deux bébés #siamois venus de #Guinée séparés avec succès à l’hôpital Necker de Paris

Hassan-et-Boubacar-750x400

Il y a quelques jours, deux bébés siamois nés en Guinée ont été séparés avec succès à Paris. L’opération a pu avoir lieu grâce à l’association « La chaîne de l’espoir » et les nombreux donateurs ayant financé la majeure partie de l’opération.

Deux bonnes nouvelles au lieu d’une. Deux bébés siamois nés à Conarky en République de Guinée, ont été séparés avec succès à l’hôpital Necker à Paris. Âgés de 4 mois et demi, Hassan et Boubacar étaient reliés au niveau de l’abdomen et avaient en commun le foie et un morceau d’intestin grêle.

Il s’agissait de la première naissance de bébés siamois vivants en République de Guinée. Quand Fatoumata, la mère des deux enfants est arrivée à l’hôpital pour accoucher, tous pensaient qu’il ne s’agissait que de jumeaux. Fatoumata raconte : « Tout se passait très bien, quand soudain la sage-femme s’est mise à crier : “Au secours, aidez-moi, ce sont des siamois!” Après je ne sais plus ce qui est arrivé ».

Finalement, la sage femme a réussi à procéder à l’accouchement en les faisant sortir par les voies naturelles. Grâce à elle, l’équipe guinéenne est parvenue à éviter de transfuser les enfants, réduisant les risques et facilitant la prise en charge des bébés, d’après le Figaro.

Une opération maîtrisée

Toutefois, aucun hôpital situé à proximité et dans les pays voisins n’était à même de réaliser l’opération nécessaire pour les séparer. C’est finalement grâce à « La chaîne de l’espoir », association fondée en 1994 par le professeur Alain Deloche visant à venir en aide aux enfants démunis à travers le monde, que l’opération a été financée.

Réalisée par une équipe multidisciplinaire composé de sept chirurgiens le 26 mai, l’opération a commencé à 8h et aura duré la journée entière. Hassan est sorti du bloc à 17h30, et son frère l’a rejoint une heure plus tard. Le professeur Yves Aigrain qui a dirigé cette opération, a expliqué sur le site de l’hebdomadaire l’Obs : « Depuis que j’ai rejoint le service de Necker, il y a sept ans, nous avons séparé trois paires de jumeaux conjoints ».

« Il y a environ huit autres paires de jumeaux qui avaient été opérés durant les 10 ans précédents. Nous n’avons pas eu de mortalité », a-t-il poursuivi.

De bonnes perspectives d’avenir

Désormais, les pronostics sont bons pour les deux jumeaux qui rentreront dans quelques semaines à « Kilomètre 36″, une bourgade de la banlieue de Conakri, pour retrouver leurs frères et sœur et commencer leur nouvelles vie. « Je suis très contente, et soulagée que tout ce soit bien passé », s’est ainsi réjoui leur mère.

afriquequotidien

Check Also

Le Maroc officiellement candidat à l’organisation du Mondial 2026

La Fédération Royale Marocaine de Football a officiellement déposé son dossier de candidature pour accueillir ...

Leave a Reply

link_BarTELECHARGER notre TOOLSBAR  pour PLUS de LIBERTE

%d bloggers like this: