Home / Radio / Actualités / L’Ouganda va former des étudiants à la lutte contre les shebabs

L’Ouganda va former des étudiants à la lutte contre les shebabs

Makerere_University,_Main_Administration

En Ouganda, les étudiants vont être mobilisés dans la lutte contre les shebabs. Le groupe terroriste somalien constitue une menace pour Kampala, qui a déployé 6 000 soldats en Somalie. Des attentats islamistes avaient touché la capitale ougandaise en 2010. Au début du mois, la procureure chargée de ce procès a été abattue alors que les audiences allaient commencer. En réaction, le président Museveni a annoncé que les étudiants allaient recevoir des formations militaires.

Depuis 30 ans, la police, l’armée et la National Leadership Institute, au nord de Kampala, forment des civils. Un enseignement militaire dispensé officiellement pour familiariser la population avec l’armée et ses missions. Mais après les attaques sans précédent des shebabs au Kenya contre un centre commercial et une université, l’Ouganda réoriente son programme.

« Les shebabs ne visent plus seulement les militaires, explique Ofwono Opondo, porte-parole du gouvernement. Ils attaquent les sites où se concentrent les civils : lieux de culte, zones de commerces, établissements scolaires. Les étudiants vont donc recevoir une formation de base au maniement des armes, au combat, à la collecte et l’analyse de renseignements. Bien sûr, si c’est nécessaire, dans le futur, on leur donnera peut-être des armes. Ce ne serait pas la première fois. Lorsque les rebelles de la LRA étaient dans le Nord, nous avons formé et armé des habitants. Leur appui avait été déterminant. Mais attention, il n’est pas question de distribuer des armes aux étudiants pour qu’ils les portent à l’école ! »

1 200 étudiants sur un total de 10 000 inscrits à la prochaine rentrée fin septembre, ont déjà été sélectionnés et doivent suivre trois mois d’entraînement dans une académie de police. « Cela va améliorer le maintien de l’ordre et la vigilance parmi les étudiants, précise Ofwono Opondo. Ils seront capables d’identifier des objets suspects abandonnés, des étrangers dont le comportement en public est étrange, puis d’alerter les autorités. »

Toutefois si les prérogatives de ces étudiants sont mal déterminées, certains estiment que le nouveau programme pourrait entraîner des abus.

rfi

Check Also

Le Rwanda accueille le premier Forum de la santé en Afrique

Le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique va organiser, les ...

Leave a Reply

link_BarTELECHARGER notre TOOLSBAR  pour PLUS de LIBERTE

%d bloggers like this: