Home / Radio / Actualités / Un avion de #Camair-Co confisqué par Ethiopian Airlines

Un avion de #Camair-Co confisqué par Ethiopian Airlines

Camair Co

Ce, pour cause d’une facture d’un milliard de FCFA, la compagnie nationale aérienne se retrouve pratiquement sans aéronef.

Les passagers de la compagnie aérienne nationale sont dans tous leurs états depuis quelques jours. Et pour cause, les lignes telles que Douala-Paris, ou encore Douala- Kinshasa, que couvrait Camair-Co ne le sont plus depuis quelques jours. A l’origine de cette situation néfaste pour l’entreprise, l’unique avion de la Cameroon Airlines Corporation (Ca- mair-Co), capable d’assurer les vols long-courriers, le Boeing 767 (le Dja), qui était en révision dans les ateliers d’Ethiopian Airlines, serait bloqué à Addis-Abeba, depuis 03 semaines. Et ceci, pour non paiement d’une facture de deux millions de dollars Us, l’équivalent d’un milliard de FCFA. C’est ce qu’indiquent des sources dignes de foi au sein de l’entreprise à Douala.

Pour l’heure, cette information n’est confirmée ou infirmée par les responsables de cette compagnie, que dirige Jean Paul Nana Sandjong. Certains de ses collaborateurs tentent tout au moins de la relativiser. « Mais écoutez, qui vous a dit que Camair-Co n’arrive plus à assurer la ligne de Douala-Paris, les avions de Camair-Co, à savoir le Dja (767) et les deux Boeing 737 que loue l’entreprise sont régulièrement en maintenance, aux fins de répondre aux exigences de la clientèle. Ce qui est une chose normale. Mais aller jusqu’à dire que Camair-Co n’a plus d’avion qui vole, c’est beaucoup trop grave comme affirmation », souffle-t-on dans cette entreprise.

Criblée de dettes (30 milliards de FCFA), l’entreprise qui a été confiée à Jean Paul Nana Sandjo en 2014 peine à sortir du cycle infernal des factures impayées. Pourtant, la somme de 30 milliards de FCFA a été récemment placée dans un compte à Ecobank, pour lui permettre de travailler. Sauf que l’actuel dirigeant de Camair-Co aurait, apprend-on, de la peine à accéder à ce financement, si l’on s’en tient aux confidences de certains membres du Conseil d’administration de cette compagnie. Et ceci, pour des raisons qui demeurent floues. Plus grave encore, l’édition de La Lettre du Continent du 20 mai dernier renseigne que les deux Boeing 737 de la compagnie seraient aussi retenus dans les ateliers d’un maintenancier à Nairobi, au Kenya, pour factures impayées.

Côté passagers, les habitués des vols Camair-Co ne cachent pas leurs inquiétudes. «C’est vrai que le confort que nous offre la compagnie nationale est encore à améliorer, par rapport à ce qu’offre la concurrence, mais j’étais particulièrement fier, malgré les difficultés de l’entreprise, de contribuer à sa survie en empruntant ces vols chaque fois que je devais effectuer un voyage de Paris pour Douala», confie Maurice T, un opérateur économique camerounais basé en France. Comme lui, ils risquent d’être plus nombreux à grincer les dents, si le problème n’est pas vite résolu. Camair-Co traverse une période difficile au moment où des compagnies telles qu’Air France, Turkish Airlines, Kenya Airways et autres Ethiopian Airlines renforcent la couverture du pays. De 6 vols par semaines, Air France est par exemple passé à 11 vols en 2014. Ce qui est aussi le cas de Turkish Airlines.

 

cemacbusiness

 

 

 

Check Also

Le Maroc officiellement candidat à l’organisation du Mondial 2026

La Fédération Royale Marocaine de Football a officiellement déposé son dossier de candidature pour accueillir ...

Leave a Reply

link_BarTELECHARGER notre TOOLSBAR  pour PLUS de LIBERTE

%d bloggers like this: